Adolescence, jeux vidéos et psychanalyse : to play or not to play ?

J’ai découvert Morrowind par hasard, en flânant à Virgin. J’avais 13 ans. Mes parents, en bons représentants d’une morale bien assise sur ses principes, ont toujours associé les jeux vidéo à la violence. Et comme toute bonne adolescente, je m’attachais à transgresser ces idées pré-établies avec application. Cet après midi-là, j’avais séché le collège avec le projet de m’acheter un jeu. Et c’est sur l’étal de jeux soldés que par hasard, la jaquette de Morrowind m’interpella. Ce n’était pas mon premier jeu, mais il restera le premier qui m’a réellement marquée.