Mon journal de reconversion #24

Ecrire et travailler à mon compte me permettent donc d’allier plusieurs aspects essentiels à ma vie, mon bien-être et ma santé mentale :

Satisfaire mon besoin de créer, tout en me consacrant à une activité qui a toujours été naturelle pour moi. Activité, qui plus est, qui me permettrait de me consacrer à des projets que je monte avec des amis et pour lesquels je n’ai pas le temps de travailler en parallèle de mes fonctions en institution. A ce propos, je pense notamment au site Voyage en Terres contées et mon projet de roman sur lequel je travaille.

Harmoniser mon activité professionnelle avec ma vie personnelle. Jusqu’ici, ma vie professionnelle se développait au détriment de ma place auprès de mon fils, au détriment de temps passé en famille, avec mon mari, et avec mon cercle d’amis qui compte énormément pour moi. Si je suis maître de mon temps, je peux organiser mes journées comme je l’entends et concilier certaines choses que je ne pouvais pas articuler à mon temps passé au travail auparavant.

Sortir du salariat. Je ne me suis jamais sentie à mon aise au sein du monde du travail en général, à quelques exceptions près. Je pense depuis longtemps que le monde du travail révèle souvent le pire chez les gens : ragots, toxicité, négativité, esprit de compétition… Sans parler de la hiérarchie, qui bien souvent se retrouve à maltraiter ses salariés pour des raisons de rentabilité, ou autres… Ma vie professionnelle, je l’ai déjà dit, a été jalonnée de beaucoup de difficultés, et je ne veux plus souffrir. Ensuite, travailler à mon compte me permettrait de travailler où je veux et quand je veux, et même… dans le pays que je veux. Et avoir enfin la liberté de voyager sans avoir à négocier mon absence auprès d’une hiérarchie réticente.

Lorsque j’étais petite fille, le premier métier que je disais vouloir faire, c’était écrivain. Alors que j’entame ma reconversion, c’est aussi à elle que je pense, et ce très vieux rêve dont elle a souhaité si fort la réalisation. J’ai appris plus tard en grandissant que le métier d’écrivain était bien inaccessible au commun des mortels, en tout cas au sens où je l’entendais à huit ans. Concilier plusieurs activités, plusieurs compétences, plusieurs cordes à mon arc me semble plus réalisable, et favoriserait en parallèle l’émergence de projets plus personnels. Et surtout, je pense qu’il faut que j’arrive à travailler sur le web.

Il existe un métier qui me permettrait de concilier tout cela, et c’est le métier de rédacteur web freelance.

[A suivre…]

Une réflexion sur “Mon journal de reconversion #24

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s