Educ spé’ – Récits de terrain #24

Dessin de Pavo

Educatrice spécialisée. Mon métier. Sujet de critiques et finalement méconnu. On nous imagine altruistes, atteints d’un syndrome de super héros, on comprend mal à la fois la violence et la beauté de ces petits moments qui font notre journée de travail.

C’est quoi être éduc?

J’ai toujours considéré les travailleurs sociaux comme des passeurs d’histoires, des mémoires à vif de notre société actuelle. Je m’en rends compte, notre vécu de terrain constitue bien plus qu’un quotidien professionnel. Ces moments et situations rencontrées restent souvent gravés en nous, et deviennent constitutifs de notre identité professionnelle. Si je me livre ici, c’est que je ressens le besoin de prendre du recul sur ces tranches de vie, et les partager avec qui souhaitera entendre ce que j’ai à raconter.

Pour des raisons évidentes de confidentialité, tous les noms des structures, professionnels et usagers concernés ont tous été modifiés.

***

Dans ce fameux foyer où je m’occupais de mineurs isolés étrangers, j’avais en référence un jeune albanais de dix-sept ans. G. était un ado typique, à l’air un peu ahuri et à l’acné qui disparaissait avec le temps de grandir. Comme tous les gens des pays de l’Est, il avait au début une certaine réserve et un besoin de faire confiance à son éducatrice avant de s’ouvrir. Je le trouvais attachant par ses manières adolescentes un peu gauches, et j’ai pris le temps de respecter son rythme pour construire la relation éducative.

G. avait un gros souci lié à son sommeil, qui commençait sérieusement à impacter sa vie sociale ainsi que son parcours scolaire. Il venait régulièrement nous en parler à ma binôme et moi, et nous avions testé beaucoup de choses avec lui que je ne détaillerai pas ici. Toujours est-il que je pense que cette problématique venait à la fois d’une angoisse liée au bâti, d’un usage un peu trop régulier du portable, ainsi que d’un décalage de son rythme de sommeil comme peuvent le vivre certains ados.

Pour travailler à trouver une solution tout en lui faisant bénéficier d’un suivi médical qui permettrait de justifier ses absences auprès de la préfecture (il fallait penser à sa future carte de séjour), j’ai pris rendez-vous chez un médecin du sommeil.

Le jour J, je me suis rendue avec G. dans le cabinet du praticien, pour tout de suite me sentir dans un autre univers. Les locaux, situés dans un vieil immeuble, étaient décorés de vitraux et tableaux divers d’artistes contemporains, probablement très coûteux. L’ensemble était assez insolite à contempler. Nous avons attendu quelques minutes, durant lesquelles G. s’est plongé dans le visionnage de vidéos Tik Tok, puis le médecin nous a reçus.
Il nous invita à nous asseoir, avant d’entamer un échange avec le jeune pour déterminer l’origine de ses troubles du sommeil. C’est à cet instant que je me rendis compte que la consultation aurait une saveur particulière… Le médecin avait un débit de parole extrêmement rapide, jusqu’à parfois rendre inintelligibles ses propos tant il articulait peu. J’avais pitié de mon jeune qui ne maîtrisait pas la langue française, et lui répétais les questions de son interlocuteur lorsqu’il me regardait d’un air interdit ou affolé. Mais je lâchai l’affaire lorsque le docteur se lança dans un grand discours pour nous expliquer les différentes phases du sommeil, les pathologies qui peuvent découler d’un déséquilibre et l’importance de se spécialité pour retrouver des nuits sereines.

J’ai peu de mots pour décrire l’absurdité de la situation! Est ce le flot ininterrompu de mots difficiles à comprendre? L’articulation presque inexistante? Les grands gestes erratiques? Je dus me retenir de rire lorsque j’eus presque l’impression de voir un Professeur Tournesol en chair et en os en face de moi. Je jetai un oeil à mon jeune, et je le vis quasi bouche bée, les yeux légèrement écarquillés.

Nous avons finalement réussi à obtenir un certificat de ce médecin. Et le fou rire qui accompagna le retour au foyer restera un excellent souvenir!

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s