Merci d’exister, mon fils.

Je n’aime pas t’exposer sur internet, j’essaie de le faire le moins possible. Mais j’adore cette photo!

C’est fou, comme tu grandis vite.

Ca paraît tellement évident à dire, tellement dit et répété par tous les parents du monde. Mais c’est vrai. Je m’émerveille à travers tes yeux tous les jours, tes yeux de petit garçon malicieux qui découvre le monde qui l’entoure avec un si grand appétit. Tu as tellement changé en si peu de temps. C’est indescriptible. Et pourtant j’ai l’impression d’avoir vécu mille vies en deux ans.

Ils ont raison, ceux qui disent qu’être parent c’est dur. Les mots ne suffisent pas à décrire à quel point ça l’est. On avance dans la pénombre, entre la fatigue, le doute permanent et les sauts dans le vide. Chaque situation vécue est une nouvelle Première fois dont la saveur incomparable est à saisir. Les bons, comme les mauvais moments. Je dois dire que je chéris la chance que j’ai d’avoir autant d’aide pour t’élever, mon fils. Et lorsque je te regarde dans les yeux, je me dis que tout cela en vaut la peine. Tellement.

Mon petit bout. Ma canaille à tête dure. Mon petit cœur.

Dans très peu de temps, tu auras deux ans. Tu es un petit garçon curieux de tout, à l’humour prononcé. Tu n’as que six dents, mais sais dire beaucoup de mots déjà! Tu adores les chatouilles, les parties de cache-cache, grimper sur le grand toboggan du parc, faire rouler des petites voitures sur le sol, les cranberries, les histoires que te lit ta Mémé, et faire un bisou à ton Papa le matin.

Et moi, je te regarde grandir. J’ai le coeur qui explose quand je t’observe dormir. Et je m’étonne chaque jour du miracle que tu es. Comment est-ce possible que mon corps ait pu produire un fabuleux petit garçon comme toi?

Je sais bien que je fais des erreurs, comme tous les parents. Mais tu me donnes envie de devenir chaque jour une meilleure version de moi-même. A me dépasser. M’accomplir en tant que personne, réaliser mes rêves et les tiens.

Tu verras, mon grand. Plus tard, on voyagera. Je ferai en sorte qu’on vive en paix, avec nos amis et notre famille, à l’écart du monde s’il le faut. On voyagera, je te ferai découvrir le monde, comme j’ai eu la chance de le faire. On vivra des aventures, tu verras! Je te ferai découvrir la nature, dans son côté secret, comme je l’ai fait avant. On s’amusera, tu verras! J’ai tellement hâte.

Laisse-moi t’émerveiller. Tout ce que tu as à faire, c’est grandir en toute sérénité. Je serai là pour les étoiles dans tes yeux.

Je t’aime de toute mon âme.

Ta Maman.

4 réflexions au sujet de « Merci d’exister, mon fils. »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s