Educ spé’ – Récits de terrain #23

Dessin de Pavo

Educatrice spécialisée. Mon métier. Sujet de critiques et finalement méconnu. On nous imagine altruistes, atteints d’un syndrome de super héros, on comprend mal à la fois la violence et la beauté de ces petits moments qui font notre journée de travail.

C’est quoi être éduc?

J’ai toujours considéré les travailleurs sociaux comme des passeurs d’histoires, des mémoires à vif de notre société actuelle. Je m’en rends compte, notre vécu de terrain constitue bien plus qu’un quotidien professionnel. Ces moments et situations rencontrées restent souvent gravés en nous, et deviennent constitutifs de notre identité professionnelle. Si je me livre ici, c’est que je ressens le besoin de prendre du recul sur ces tranches de vie, et les partager avec qui souhaitera entendre ce que j’ai à raconter.

Pour des raisons évidentes de confidentialité, tous les noms des structures, professionnels et usagers concernés ont tous été modifiés.

***

Dans ce foyer pour mineurs isolés étrangers où j’ai travaillé un an et demi, j’ai vécu beaucoup de situations étonnantes, émouvantes, tristes, voire absurdes, des bons et des mauvais souvenirs que je garde parmi toutes mes histoires. Et parmi elles, il y a le jour où nous avons cru que l’expéditeur d’un mystérieux colis avait voulu marabouter le foyer…

Lors d’une après-midi comme une autre, un collègue va relever le courrier des jeunes. Parmi la fournée du jour, il y a un colis ne comportant pas de nom. Le destinataire mentionné est le nom de notre association. Etrange… A qui ce colis est-il destiné? Telle est la question. Nous en parlons entre nous, et tombons d’accord sur le fait qu’il faut ouvrir le paquet. Nous pourrons alors déterminer si le destinataire est un jeune, ou effectivement le foyer. Sitôt dit, sitôt fait. A l’ouverture, nous découvrons deux sachets de plastique soigneusement fermés qui contiennent deux boules qui ressemblent à un mélange d’herbes séchées, elles-mêmes contenant un mélange d’ingrédients que nous n’avons pas réussi à identifier. Encore plus étrange…

Les débats vont alors bon train sur la nature de ce colis. Personnellement, je pense tout de suite à un genre de witch ball (oui, j’aime la littérature sur la magie et les sciences occultes). Les sorcières font parfois des sorts dans des sphères en verre consacrées, contenant les ingrédients nécessaires à la confection du charme. On retrouve là le même principe, avec de l’herbe séchée à la place du verre. J’en parle à mes collègues, et nous mettons à sourire en nous disant que peut-être, quelque part, quelqu’un aurait voulu marabouter notre foyer? En effet, nos jeunes issus d’Afrique Subsaharienne sont tous de confession musulmane mais croient encore beaucoup en ces magies tribales très répandues partout, et n’hésitent pas à faire appel à un marabout pour soigner un mal ou obtenir un conseil. Qui sait?

Un numéro est noté au verso du colis. Nous tentons de l’appeler pour en apprendre un peu plus sur la nature du colis, mais la personne ne répond pas. Ne sachant que faire de ces préparations non identifiées, nous en parlons à notre chef de service qui nous dit de les jeter. Fin de l’histoire.

Vraiment?

Quelques semaines plus tard, nous apprenons que le colis était en fait destiné à un jeune. C’était des remèdes naturels que sa mère lui avait fait faire par un marabout, et qu’elle s’était cotisée pour le payer. Son fils attendait le colis avec impatience, et lorsqu’il a appris qu’on l’avait jeté, il a été très peiné. « Il ne faut pas me refaire un coup comme ça, ça va me tuer….! » Sa mère a d’ailleurs été tellement fâchée par cette faute dont le jeune n’était pas responsable qu’elle a refusé de lui parler pendant un mois.

Même si nous ne pouvions pas savoir de quoi il s’agissait, nous aurions dû garder le colis et demander à qui il appartenait. Nous faisons tous des erreurs! Mais parfois il n’est pas bon de se laisser aller à son imagination, aussi étrange que soit la situation rencontrée…

2 réflexions au sujet de « Educ spé’ – Récits de terrain #23 »

  1. Oh oui que de souvenirs cette histoire
    Je n’étais pas là au moment où le colis a été jeté, mais malheureusement c’est moi qui ai annoncé la mauvaise nouvelle au jeune ….et m’as tenu pour responsable de cette situation. Que j’étais mal ….

    J’aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s