Mood – 10/03/2022

Visite de l’incroyable Maison sculptée, 06/03/2022

Bien que l’on ne puisse plus dire que nous vivons encore vrais hivers, la saison sombre s’en va pour laisser place à la lumière. Et dans ce monde qui avance extrêmement vite, je ressens profondément le besoin de ralentir. De faire les choses à mon rythme. Peut être est ce parce que j’ai une famille maintenant ? Je ne sais pas. Mais moi qui ai exercé pendant des années des métiers tournés vers les autres, pour la première fois de ma vie je ressens sans culpabilité aucune l’envie de me consacrer à moi. Mes racines. Mes besoins. Ma famille. Mes amis. Mon entourage. Mon parcours. Mon fils.

Faire l’éloge de la lenteur, c’est étonnamment difficile dans ce monde où tout court à perdre haleine. Et d’ailleurs, je m’apprête à faire de grands changements de vie tout en tenant le choc pour sortir la tête de l’eau financièrement, et ce serait mentir que de dire que je voudrais que tout me tombe cru dans le bec. En un claquement de doigts, tout serait fait. Ma reconversion professionnelle, un petit pécule de côté pour pouvoir voyager à l’envi comme avant, l’harmonie gagnée dans ma famille et mon couple. Je suis fatiguée, après cette année 2021 qui ressembla fort à un grand ouragan au milieu duquel j’ai tenu le choc tant bien que mal. Mais bon.

Le temps des récoltes est proche, je le sens. Et sans écouter l’injonction de la société qui voudrait que tout un chacun soit accompli le plus jeune possible, ma success story à moi est encore à construire. Il faut encore avancer, pas à pas, poser des fondations, et les pierres de ce que l’on va construire ensemble. Ça a été dur, il est vrai. Mais il faut tenir encore. Les grands accomplissements ne se sont pas faits en si peu de temps, et nos rêves valent bien la peine de se battre encore. Le temps des récoltes est proche. Je le sens. De petits miracles nous parviennent déjà, à la faveur de cette lumière timide qui perce à travers les nuages.

Dans ces moments là, je me rappelle toujours de cet épisode de ma série préférée, Scrubs. J’ai toujours adoré cette balance savamment dosée entre un humour enfantin, absurde, et de belles réflexions sur la vie dont la profondeur m’a marquée jusqu’à aujourd’hui. À un moment donné, le Dr Kelso dit ces mots qui me sont restés : « Rien de ce qui vaut la peine en ce monde ne s’obtient sans mérite. » Et il avait raison, le bougre.

La paix intérieure, les rêves, l’harmonie ça se construit. Ça se travaille. Ça se mûrit, ça se patiente. Mon cœur de guerrière a encore à faire quelques pas. Et je ne m’arrêterai pas en si bon chemin.

En attendant, je suis reconnaissante du chemin parcouru. Je suis reconnaissante de ce que la vie m’a offert, de ce que j’ai vu et expérimenté, de ceux que j’ai rencontré et que l’Univers a mis sur ma route. Si je regarde derrière moi, je ne regrette rien. Merci infiniment à la Lumière ! J’ai hâte de voir la suite 🧡

2 réflexions au sujet de « Mood – 10/03/2022 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s