Mon journal de reconversion #13

Sunset

Medicoop, anciennement Medicoop 35, c’est donc une agence d’intérim spécialisée dans le remplacement des salariés notamment des structures de l’Adapei en Ille et vilaine. J’allais donc surtout travailler avec des personnes en situation de handicap de divers âges, avec des niveaux d’autonomie très divers. Essor, de son côté, est une association qui compte des Maisons d’enfants à caractère social, donc prenant en charge des adolescents placés là sur décision de l’ASE (l’Aide Sociale à l’enfance).

Au sein de Medicoop, j’ai fait beaucoup de structures. Celles au sein desquelles j’ai le plus travaillé sont des Services d’accueil de jour (SAJ), des Instituts Médico-Educatifs (IME), et des Maisons d’accueil Spécialisées (MAS). Les premières sont des structures accueillant des personnes en situation de handicap pour leur proposer des activités la journée, les secondes des structures accompagnant des jeunes et des enfants en situation de handicap pour favoriser leur développement sur tous les plans afin de les aider à terme à s’insérer au mieux dans la société, et les dernières des foyers médicalisés prenant en charge des adultes en situation de handicap lourd nécessitant des soins en continu.

Pendant cette année et demi de remplacements, j’ai apprécié la grande diversité de pratiques que j’y ai découvert, qui m’a beaucoup appris en termes de pratique professionnelle et d’expérience de terrain. Cependant, le statut de remplaçant n’était pas toujours facile à vivre. Le développement de ce genre d’agences n’était pas très bien vu de tous, pour des raisons que je comprends : le social vit de grands changements qui détériorent la qualité de l’accompagnement, et un turn over important auprès de personnes qui ont besoin d’une stabilité au quotidien n’aide pas à maintenir une certaine sérénité.

Pour ces raisons, j’étais parfois mal accueillie dans certaines structures, et à cela s’ajoutait un sentiment de frustration de ne pas pouvoir construire quelque chose avec les résidents que j’accompagnais, de devoir rester dans la superficialité de ce travail même si la fonction de remplaçant demandait réellement des compétences professionnelles ainsi qu’une grande capacité d’adaptation. J’avais envie de mettre en place des ateliers, des projets, des suivis de longue durée sans le pouvoir. Au sein de l’association Essor, je fus bien accueillie même si j’y rencontrai les mêmes ressentis qu’à medicoop. La structure dans laquelle j’intervenais était agréable, ainsi que l’équipe et les jeunes.

En 2019, je commençai à faire du bénévolat à côté de mon activité professionnelle, en partie pour pouvoir satisfaire mon besoin de travailler avec d’autres publics, à la hauteur de mes compétences d’éducateur spécialisé. J’intervenais dans un squat rennais en tant que travailleuse sociale bénévole, auprès de demandeurs d’asile géorgiens surtout, du fait de ma pratique du russe. Cette expérience a renforcé mon souhait de travailler avec ces publics (en situation de grande précarité, demandeurs d’asile et étrangers).

A suivre…

3 réflexions au sujet de « Mon journal de reconversion #13 »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s