Double DĂ©tente – chronique culturelle sur Nofrag (13/05/2018)

Image associée

Ce mois ci, back to the eighties ! Double DĂ©tente est un buddy movie, soit un film consistant Ă  associer deux hĂ©ros trĂšs diffĂ©rents dans le cadre d’une enquĂȘte, qui deviendront amis Ă  la fin. (Vous avez vu l’Arme Fatale ?) Tout l’intĂ©rĂȘt de ce genre consistait Ă  renouveler les films policiers de l’époque, par la dynamique de couple crĂ©Ă©e avec les deux protagonistes. Le film qui nous intĂ©resse aujourd’hui est sorti le 6 juillet 1988, et constitue pour moi l’archĂ©type de ces films qu’on louait au vidĂ©oclub, il fut un temps. Il est rĂ©alisĂ© par Walter Hill, Ă  qui l’on doit Les Guerriers de la Nuit, ou encore la comĂ©die Comment claquer un million de dollars par jour. Il a aussi produit la saga Alien, et participĂ© Ă  la crĂ©ation de la sĂ©rie Les Contes de la Crypte, dont il a rĂ©alisĂ© quelques Ă©pisodes. Pas n’importe qui, donc.

Il me faut ĂȘtre franche, Double DĂ©tente est un film assez feignant si l’on prend en compte le potentiel de son rĂ©alisateur. Il reprend consciencieusement la recette du buddy, ses codes et ses clichĂ©s, sans sublimer la formule. Mais il constitue tout de mĂȘme un divertissement tout Ă  fait honorable, et une curiositĂ© intĂ©ressante si on le lie Ă  son contexte. TournĂ© pendant la Guerre Froide en pĂ©riode de dĂ©tente en URSS et aux USA, c’était l’une des premiĂšres productions qui Ă©vitait le clichĂ© russe = vilain pas beau (coucou Code Uncle). Le prologue dĂ©goulinant de testostĂ©rone comporte d’ailleurs des scĂšnes tournĂ©es Ă  Moscou, faisant de Walter Hill le premier rĂ©alisateur Ă  pouvoir tourner une scĂšne sur la Place Rouge aprĂšs la guerre. MalgrĂ© la pĂ©riode plus propice Ă  ce genre de rapprochements entre les deux blocs, il est sorti avant la Chute du Mur
 Ce qui dut ĂȘtre une performance administrative, ne serait-ce qu’en termes d’autorisations de tourner !

« Ivan Danko est un flic exemplaire, exerçant son mĂ©tier dans le Moscou prĂ©-chute du bloc soviĂ©tique. Lors d’une descente dans un rade miteux pour arrĂȘter Viktor Rostiashvili (un dangereux trafiquant de drogue gĂ©orgien), son coĂ©quipier se fait tuer et leur cible s’échappe aux Etats-Unis. Suite Ă  un accord entre Moscou et Chicago, Ivan Danko fera Ă©quipe avec Art Ridzik, un inspecteur grincheux pour Ă©viter une dĂ©ferlante de drogue sur la mĂšre patrie. »

Double DĂ©tente n’est pas le meilleur film de Walter Hill. Mais je dois avouer que je prends beaucoup de plaisir Ă  le revoir. L’ambiance est sympathique, typiquement annĂ©es 80, et l’intrigue tient la route sans ĂȘtre extraordinaire. Dans le mĂȘme temps, la construction du film reprenant le schĂ©ma du buddy movie en manquant d’originalitĂ©, l’ambiance fait parfois clichĂ©, tout comme certaines scĂšnes. Le film repose beaucoup sur son duo d’acteur, qui semblent s’amuser Ă  l’écran et sont pour beaucoup dans le charme du film. James Belushi (La Petite Boutique des Horreurs) joue un Ă©niĂšme flic rebelle amateur de poitrines bien fournies, et Arnold Schwarzenegger est parfait en capitaine russe psychorigide. SĂ©rieusement, Schwarzie en montagne de muscles ruszkov
 Quelle idĂ©e fabuleuse !

Plus que tout, Double DĂ©tente est un film inscrit dans son Ă©poque, et qui a vieilli. C’est ce qui lui donne son charme dĂ©suet quasi nanardesque parfois, et qui en fait mon film d’action prĂ©fĂ©rĂ©. Entre les lumiĂšres polluĂ©es de Chicago, les coupes de cheveux improbables, le cabotinage de certains acteurs, l’accent russe affreux d’Arnold et la VF caricaturale, le film est bourrĂ© de moments cultes. Il suffit de taper le titre du film dans la barre de recherche youtube pour en dĂ©couvrir quelques-uns. Une scĂšne a d’ailleurs Ă©tĂ© Ă  l’origine d’un meme russe : dans le prologue, le capitaine Ivan Danko vient arrĂȘter Viktor Rostiashvili (le dangereux criminel gĂ©orgien, donc) et ses comparses. Lorsqu’on lui en demande les raisons, il projette le malheureux dĂ©tenteur d’une coupe mulet un mĂštre plus loin, et lui arrache sa jambe de bois remplie de poudre blanche avant de s’exclamer « KokaĂŻnum ! ». La faute de grammaire dans cette phrase serait un peu longue Ă  vous expliquer, mais elle fait encore rire les russes trente ans aprĂšs.

C’est donc un divertissement sans prĂ©tention que je vous propose de regarder. Il faut ĂȘtre un peu nostalgique de ces ambiances cinĂ©matographiques prĂ©-annĂ©es 2000 pour rentrer dans l’ambiance de Double DĂ©tente, et ĂȘtre amateur d’humour nanardesque. Mais tous les films ne peuvent pas se vanter d’avoir Arnold Schwarzenegger en uniforme de police soviĂ©tique. Rien que pour le principe, il faut lui consacrer 1h46 de votre temps ce mois-ci.