Association CĂ©cile Etoile – Ensemble contre le cancer

Tout a commencé avec Elle. Ma Soeur, Cécile.

accueil

Lorsqu’on a appris qu’elle avait attrapĂ© le cancer du sein, on s’est accrochĂ©s. On l’a soutenue. Mes Ă©taient lĂ  pour elle, lors de l’opĂ©ration, des traitements, la chimio, la radiothĂ©rapie. Moi, j’Ă©tais au LycĂ©e Ă  l’Ă©poque. Je me rappelle de ma Soeur qui se battait pour s’en sortir, qui travaillait malgrĂ© tout. Je me rappelle de son emmĂ©nagement dans notre square, et des soirĂ©es oĂč je squattais chez elle, et oĂč elle faisait tout pour que je ne voie pas qu’elle souffrait. Son couple a fait beaucoup pour l’aider je pense, elle a eu la chance de se marier avec un homme merveilleux, qui fut lĂ  Ă  chaque Ă©tape de son parcours. Pour ma part, je me sentais inutile, tellement. Mais elle me rassurait en m’expliquant ce qui lui arrivait, en quoi consistaient les traitements, rĂ©pondant Ă  mes questions comme si elle m’expliquait la maniĂšre dont je devais m’y prendre pour la soutenir. Sans pudeur aucune. Pas de tabou entre soeurs.
Ce fut compliquĂ©, mais elle s’en sortit. Et s’habitua peu Ă  peu Ă  vivre avec un seul sein.

Mais ce soulagement dura pendant cinq ans.
Un jour, elle fit un malaise chez elle. Des douleurs dans le dos l’avaient clouĂ©e au sol, sans qu’elle puisse se relever. Je n’oublierai jamais la façon dont ma mĂšre a lĂąchĂ© tout ce qu’elle Ă©tait en train de faire pour courir Ă  toutes jambes chez CĂ©cile, omettant mĂȘme de prendre ses clĂ©s pour revenir chez nous.
Retour Ă  l’hĂŽpital.

Photos-0072(3)

Et puis ce furent ses derniers mois, qui se passĂšrent comme un vĂ©ritable cauchemar. Tous nos espoirs s’amenuisaient petit Ă  petit, Ă  mesure que les mĂ©tastases grignotaient chaque petite parcelle de son corps. On dĂ©couvrit qu’elle avait Ă©tĂ© victime de plusieurs erreurs mĂ©dicales qui avaient laissĂ© son cancer s’installer, puis de soins qui lui firent notamment attraper un staphylocoque dorĂ©, entre autres choses. Mes parents se sont battus comme des forcenĂ©s face Ă  l’Ă©quipe mĂ©dicale qui voulait abandonner ma Soeur, nous disant que son cas Ă©tait trop grave, tout en Ă©vitant de nous expliquer la façon dont se dĂ©roulaient les choses. Son mĂ©decin, dont je tairai le nom, fut d’un cynisme et d’une inhumanitĂ© Ă  en faire frĂ©mir. Je me sentais pour ma part complĂštement perdue, comme une petite fille dans un monde d’adultes trop froid et trop cruel.

Petit Ă  petit, elle se fatiguait. Elle n’Ă©tait plus elle-mĂȘme, mon modĂšle, la femme forte et dĂ©terminĂ©e que j’avais toujours eu comme Soeur. Les derniers jours de sa vie, elle a mĂȘme perdu la tĂȘte.
La derniĂšre fois que je l’ai vue en vie, elle dĂ©lirait. Je suis restĂ©e une demie-heure avec elle, ne pouvant pas supporter plus longtemps de la voir comme ça. En partant, j’ai eu l’intuition que c’Ă©tait peut-ĂȘtre la derniĂšre fois que je pourrai lui dire « Je t’aime ». Je ne sais mĂȘme pas si elle m’a comprise.

Le lendemain, elle partait.
Le choc. Le vide. La douleur. Je me suis demandĂ© comment le monde pourrait continuer de tourner sans Elle. Ce fut le dĂ©but d’un trĂšs long travail de deuil.

CĂ©cile-Etoile

C’est lĂ  qu’est venue Ă  mes parents l’idĂ©e de l’association. Ma Soeur, c’Ă©tait un ensemble de valeurs qu’ils ne voulaient pas perdre. C’Ă©tait du courage mĂȘlĂ© Ă  un humour ravageur, un dĂ©vouement sans faille dans ce qu’elle aimait, et un rapport aux autres qui Ă©tait fondamental pour elle. Et puis, mĂȘme si l’expĂ©rience de l’hospitalisation de CĂ©cile a Ă©tĂ© un enfer pour nous, nous n’avons pas fait que des mauvaises rencontres. Le personnel mĂ©dical nous a paru en grande partie compĂ©tent, et dĂ©terminĂ© Ă  tout faire pour aider ses patients.

C’est ainsi qu’est nĂ©e l’association.

« L’association CĂ©cile Etoile a Ă©tĂ© crĂ©e en Octobre 2012 par Monsieur et Madame GĂ©rard suite au dĂ©cĂšs de leur fille d’une rĂ©cidive du cancer du sein.

Elle a pour but d’agir collectivement pour le bien ĂȘtre et la santĂ© des malades et de leur entourage, tout en rendant aux soignants l’hommage qu’ils mĂ©ritent par la compĂ©tence et le dĂ©vouement dont ils font preuve chaque jour. » 

En s’impliquant dans les projets que nous mettons en place, cette communautĂ© nous aide Ă  avancer et nous permet de transmettre aux autres ce que nous avons appris de CĂ©cile et de notre malheur, pour aider ceux qui vivent la mĂȘme chose, patients comme proches. Globalement, nous voulons agir sur deux pans: le sport, et la nutrition/santĂ©.

Nous sommes impliqués dans deux grands projets :

La course des 5kms de CĂ©cile : 

« Chaque annĂ©e cette manifestation sportive est organisĂ©e par le Cercle Paul Bert AthlĂ©tisme, et sa section de Noyal ChĂątillon sur Seiche, dont faisait partie CĂ©cile et oĂč elle encadrait les trĂšs jeunes dans leurs premiers entraĂŻnements, leurs premiĂšres courses. Elle se doit d’ĂȘtre une fĂȘte en sa mĂ©moire.

Cette course a lieu le premier Dimanche de Novembre, cette année 2016 ce sera le 6. Elle fera place à toutes les femmes qui adhÚrent au sport pour ses effets sur la santé. Les observations épidémiologiques en apportent des démonstrations répétées

Donc hors de  tout esprit de compĂ©tition cette manifestation veut promouvoir la course Ă  pied quelle que soit son intensitĂ© pour en faire une dĂ©marche de SantĂ©. Ecouter les messages de son corps dans l’effort pour une vie quotidienne saine et un parcours de SantĂ© maitrisĂ©. En 2016 l’objectif avec nos partenaires est de dĂ©passer les 182 participantes enregistrĂ©es en 2015.Cette course est ouverte aux femmes de tous les quartiers de Rennes, et aux participantes de toutes les communes de l’agglomĂ©ration. » 

Le Jardin ThĂ©rapeutique : 

« Ce jardin thĂ©rapeutique est vouĂ© Ă  prendre place sur l’espace public composant l’entrĂ©e nord du Centre : mille mĂštres carrĂ©s destinĂ©s aux patients, aux accompagnants, aux soignants, aux visiteurs â€Š.

C’est un espace protĂ©gĂ©, sanctuarisĂ©, intĂ©grĂ© Ă  l’organisation architecturale du Centre EugĂšne Marquis, convivial, attrayant ; reposant, le jardin est Ă  l’abri des nuisances de circulation.

LĂ  le patient peut dĂ©passer l’univers technique de son hospitalisation, et retrouver au sein d’un paysage agrĂ©able, et apaisant un lieu de sĂ©rĂ©nitĂ© et de calme. Les amĂ©nagements du jardin lui permettent de reprendre de son corps et les espaces de se dĂ©tacher un moment de l’inconfort de sa maladie.

LĂ  son entourage, ses accompagnants, ses amis peuvent trouver des moments de respiration, de repos et de dĂ©tente afin de tisser avec le patient d’autres  rapports que ceux dictĂ©s par l’hospitalisation et ses nĂ©cessitĂ©s.

LĂ  les soignants portant jour aprĂšs jour les exigences des traitements et de leurs protocoles peuvent trouver d’autres relations avec les patients et leur entourage et regagner un peu de l’énergie qui leur est nĂ©cessaire pour tenir toutes les dimensions de la qualitĂ© des soins. » 

 
Site de l’Association CĂ©cile Etoilehttps://www.cecile-etoile.com
 
Et dans plusieurs autres petites initiatives qui se mettront en place dans les mois Ă  venir. Si vous souhaitez en savoir plus sur nos dĂ©couvertes, nos projets et notre actualitĂ©, je vous invite Ă  aller voir notre site. 🙂
Et si vous ĂȘtes de Rennes, des environs, de Bretagne ou d’ailleurs, n’hĂ©sitez pas Ă  nous rejoindre, ensemble on sera plus forts pour se battre contre cette saloperie!