Once I was a teenager – Thoughts

Un train. Une rame qui se balance, désagréablement brinquebalante, une rame qui avance vers une ville qui porte en son sein un passé. (éteint?) Un thème de piano dans la tête, la douce lumière du jour qui finit baignant le salon aseptisé d’une lumière de conte de fées. Dans sa tête s’égrène encore le bâton de pluie magique, celui qui raconte les histoires qui font que la vie se pare de ses couleurs bizarres, éphéméride de l’imaginaire, symphonie des fantasmes, ironie de la réalité qui ne joue plus, vaincue par le récit. (je veux que les fées existent, j’y crois-j’y crois) Dans son cerveau qui se dissout, ses angoisses se shootent aux accents de réalité qui recroquevillent son coeur dans un coin. Soudain, elle a peur. Plexus solaire qui se resserre, toile d’araignée de sa folie maniaco-dépressante. Dans son coeur s’enclenche un engrenage de plus en plus sourd, de plus en plus incessant, un mécanisme à pile-ou-face qui n’a jamais raison, mais qui sait toujours se faire entendre. Avec le chemin de retour, reviennent les souvenirs. Avec le chemin de retour, se relisent les textes. Suivent les pensées, les espoirs, les angoisses. Elle a peur, mais pourtant revoit sa vie passée. Elle se demande si grandir, c’est mourir un peu? Elle se demande si la drogue rend vivant, comme l’alcool et la cigarette. Elle se demande si quelqu’un a déjà réussi à garder son Enfant en vie, dans son corps d’adulte. Elle se dit que ce sera bientôt à elle de monter sur scène. De commencer à jouer? Et elle a le trac. Elle a le trac, parce qu’elle ne veut pas vendre ses rêves pour de l’éphémère. Lui vient alors de ce souvenir, du jour où, Enfant, elle avait compris qu’elle allait mourir un jour. Et où elle avait été déçue, parce qu’elle voulait jouer toujours. Elle était Enfant. Et elle avait été terrassée par ce sentiment. Elle l’était toujours. Soudain, c’est comme si on lui avait mis un canon sur la tempe. Elle tremble. Elle tremble pour ce sentiment de mortalité et d’absurdité qui l’étouffe. Elle veut continuer de jouer. Elle veut continuer de jouer toujours. Mais elle se dit qu’elle doit briser ses chaînes, et elle se demande si elle en aura la force. untitledd

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s